L'Unité Pastorale Le Paysan
SPIRITUALITÉ
  • Prière Seigneur notre père
  • Credo
  • Croyant
  • Réflexion L'impossible pardon
  • Pensée du jour
  • Le mercredi des Cendres

  • Bienvenue à tous !                     Dernière mise à jour : le


    PENSÉE DU JOUR



    L'échec est seulement l'opportunité de recommencer
    d'une façon plus intelligente


    citation de Henry Ford

     

    Prière

    PRIÈRE



     

    Credo de Nicée-Constantinople

    Je crois en un seul Dieu, le Père tout-puissant,
    Créateur du ciel et de la terre,
    de l’univers visible et invisible.

    Je crois en un seul Seigneur, Jésus Christ,
    le Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles :
    Il est Dieu, né de Dieu, lumière, née de la lumière, vrai Dieu, né du vrai Dieu,
    engendré, non pas créé, de même nature que le Père, et par lui tout a été fait.

    Pour nous les hommes, et pour notre salut,il descendit du ciel;
    par l’Esprit Saint, il a pris chair de la Vierge Marie, et s’est fait homme.
    Crucifié pour nous sous Ponce Pilate, il souffrit sa passion et fut mis au tombeau.
    Il ressuscita le troisème jour, conformément aux Écritures, et il monta au ciel;
    il est assis à la droite du Père.
    Il reviendra dans la gloire, pour juger les vivants et les morts;
    et son règne n’aura pas de fin.

    Je crois en l’Esprit Saint, qui est Seigneur et qui donne la vie;
    il procède du Père et du Fils;
    avec le Père et le Fils, il reçoit même adoration et même gloire;
    il a parlé par les prophètes.

    Je crois en l’Eglise, une, sainte, catholique et apostolique.
    Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés.
    J’attends la résurrection des morts et la vie du monde à venir.

    Amen.

     

     

     

     

     

     

    Croyant

    C'est CROYANT
    Celui qui, même s'il trébuche souvent, se relève à chaque fois pour poursuivre sa marche en avant!

    C'est CROYANT
    Celui qui, même s'il est bousculé par la vie , trouve le temps de tendre une main fraternelle à l'autre qui en a besoin :

    C'est CROYANT
    Celui qui même au milieu d'une grande détresse, regarde l'avenir avec confiance.

    C'est CROYANT
    Celui qui,lorsqu'il possède la connaissance, sait la partager avex l'autre moins instruit que lui:

    C'est CROYANT
    Celui qui, même s'il est grand, demeure conscient qu'il a beaucoup èa apprendre de plus petit de lui:

    ., bt C'est CROYANT
    Celui qui arrivé à l'automne de sa vie, conserve cette capacité d'émerveillement que nous vions à l'enfant:

    C'est CROYANT
    Celui qui, tout en reconnaissant la valeur de ses effort, admet que sans la main de Dieu tous ses essais sont illusoires:

    C'est CROYANT
    Celui qui accepte de mettre ses charismes et ses énergies au service de l'autre, pour bâtir un monde meilleur: C'est CROYANT


    Bernard St-Onge

    Le temps de vivre

    Prendre le temps de vivre,
    c'est prendre le temps de regarder,
    de faire attention à l'enfant,
    à celui qui rend service,
    la fleur qui nous sourit.

    C'est aussi saisir l'occasion
    pour admirer,remercier et partager.

    Prendre le temps de vivre,
    c'est prendre le temps d'aimer.

    Il n'y a pas de vrais joies
    que celles qui débouchent
    sur une rencontre plus neuf,
    à un coeur plus accueillant et compréhensif.

    Prendre le temps de vivre,
    c'est prendre le temps de prier
    d'apprécier la joie de vivre
    de mordre à la vie.
    dans la paix et la sérénité.

    Prendre le temps de vivre,
    Voilà le sens des bonheurs vrais!

    L'Esprit dans nos vies

    Au moment ou nous recommençons le temps liturgique ordinaire, donc les textes proclamés de façon presque continue. la Parole de Dieu nous plonge au coeur de notre foi .

    Le miracle de l'eau transformée en vin, à Cana , est bien connu. Il ouvre une nouvelle page de l'action du Seigneur.

    Déjà nous voiyons la compassion de Jésus pour les jeunes époux qui riesqueraient une humiliation à leur mariage mais aussi une invitation, pour nous, à l'attention aux autres.

    L'intervention de Marie est toute discrète mais propose à Jésus de se questionner sur sa mission. Loresqu'il répond que son heure n'est pas venue le Seigneur se situe selon son propre échéancier alors que l'Esprit , par Marie l'invite à une démarche différentes.

    Cela pose la question pesonnelle de savoir si notre engagement correspond à ce que Dieu attend de nous.

    L'Esprit l'a transformé sur le chemin de Damas. Nous soulignerons d'ailleurs liturgiquement, le 25 janvier, cette conversion . C'est alors un homme nouveau, humainement et spirituellement, qui accompagnera l'Église naissante.

    En nous rappelant des façons différentes d'agir il propose, dans le texte d'aujourd'hui, une démarche de regard sur nous-même, nos talents, ce à quoi nous sommes appelés et notre désir de servir.

    C'est alors l'Esprit qui agit en nous. Tous notre démarche devient spitituelle et la prière est alors plus incarnée.

    Durant l'année liturgique C, Saint Luc nous aidera ainsi à cheminer avec un Seigneur très proche de nous et de nos préoccupations.

    Daniel Gauvreau, prêtre

    MINUTE de la semaine

     

    Mercredi des Cendres

    Pour souligner l'entrée en Carême , ce mercredi, s'est développé le geste symbolique d'imposition des cerndres

    Les cendres sont un symbole de deuil et de pénitence

    On trouve déjà le symbolisme des cendres dans l'Ancien Tesdtament. Il évoque globalement la représewntation du péché et de la fragilité de l'ëtre. On peut y lire quand l'homme se recouvre de cendres, c'est qu'il veut montrer à Dieu qu'il reconnaît ses fautes. Par voie de conséquence , il demande à Dieu le pardon de ses péchés : il fait pénitence.

    Sila cendre évoque la faibelsse de l'homme ( Genèse 3, 19 ,Souviens-toi que tu es poussière et que tu retournerass en^poussière . Elle évoque aussi le péché et la fragilité d el'homme ( Sagesse 15, 10) et son regret du péché( Judith 4,11-15, Ezéchier 27,30).

    Pour les chrétiens, l'imposition des cendres est avant rour, un rite pénitentiel dont la signification est portée pùr la phrase que prononce le prêtre rn faisant le geste : Converstissez-vous et croyer è la Bonne Nouvelle ( Marc, 1 ,15 )

    Avez-vous remarqué que lorsqu'un fidèle passe devant le tabernacle ou l'autel, il met un genous à terre ?
    C'est la génuflexion, geste né au Moyen Âge de la belle réaction de ceux qui ne pas en fairemoins, devant le Seigneur Jésus que devant le seigneur du lieu !

    Connu d'abord comme un geste de dévotion privée où pliait les deux genoux, il s'est inséré dans la lirurgie en se simplifiant. Le prêtre pratique au moins deux fois ce geste après la consécration su Pain et clle du Vin.

    La génuflexion est un geste de respect et de soumission qui accompagne une parole importante ou on dit une profonde attitude de révérence. Benoît XVI déclarait récemment : Nayez pas peur de vous agenouiller devant Dieu! Car adorer le Créateur ne diminue en rien l'Homme, mais lui restitue sa pleine dignité et humanité.

    par Dom Hugues

    Face de Carême

    Me voilà encore plongé dans ce fameux temps où je me donne de la misère avec des résolutions que j'essaierai de tenir jusqu'à Pâques. Mais d'où vient cette idée et surtout ce chiffre de quarante ?

    Carême signifie quarante .

    Le carême dure quarante jours en souvenir des quarante jours que Jésus passa dans le désert avant de commencer sa vie publique. Pour indiquer le temps nécessaire à la réalisation de quelque chose, la Bible aime utiliser le chiffre 40. Ainsi le teps qu'il fallut au peuple pour se préparer àl'entrée dans la Terre Promise est de 40 ans. Il fallut 40 jours et 40 nuits pour les eaux du déluge recouvrent la terre. Le séjour de Moïse et celui d'Élie sur la montagne de Dieu durent 40 jours. Il fut accordé 40 jours aux habitants de Ninive pour se convertir et faire pénitence. Le temps d'une génétation dans la Bible est de 40 ans.

    C'est en se rappelant tous ces événement que les chrétiens, au quatrième siécle, inventèrent le Crême . Pour bien se préparer à la f^te de Pâques , ils décidèrentà de jeûner et de faire pénitenxce pendant 40 jours .

    Le Carême est une invitation àmener une meilleure vie chrétienne en union avec le Christ. Le Caême est un mystèere: le combat du Christ s'y reproduit d'une manière effecrtive, prolongeant dans ma vie son mystère de mort et de résurrection, de souffrance et de joie.

    Mais n'oublions pas que Jésus lui-même demande de me parfumer la tête et de me laver le visage pour avoir une face nette et joyeuse... à mon arrivée à Pâques!

    Alors, sourions: je marche à la rencontre d'un Dieu vivant

    Bernard St-Onge / www.raillerie.ca

    L'aspersion

    Avez-vous remarqué le pr^tre qui asperge d'eau l'assemblée au début de la messe ?

    --- Au temps de Pâques, le rite pénitentiel peut être remplacé par celui de l'aspersion.

    ---- Le geste est éloquent puisque nous redevons chaque dimanche l'eau qui fut bénite durant la nuit de Pâques, nous rappelant ainsi les promesses et les exigences de notre Baptême.

    ---- De même que nous aimons faire le signe de la ceoix avex de l'eau du bénitier, nous nois souvenons que Jésus a demandé un baptême au nom du Père, su dils et du St-Esprit.

    ---- Qu'il est descendu aux enfers comme il était descendu dans l'eau du Jourdain, et qu'il s'est présenté comme l'eau vive, la source qui LAVE de tout péché.

    Le siche de l'EAU c'est la vie du Christ qui nous prend tout entier et qui nous INONDE de joie !

    Dom Hugues



    RÉFLEXION

    L'impossible Pardon

    Pour qu'un pays se détruisent entièrement parce qu'on ne peut plus s'endurer, Il faut croire qu'il en reste encore beaucoup qui n'ont par le pardon facile.

    Les nouvelles de fin soirée nous apportent innocemment les derniers événements. À chaque jour au Moyen-Orient et certains pays d'Afrique sont perpétuellement en affrontement, c'est un climat de représailles. Comme quoi on n'a pas avancé baucoup sur le chemin du pardon.

    Jésus a ouvert ce chemin il y a longtemps, mais on dirait que peu s'y engagent au naturel. Pardonner à ses enenmis, ce n'est pas facile.

    Pourtant, il y a enore des gens qui pardonnent, mais ceux-là ne vont pas le proclamer à la télévision, ni même dans leur conversation.

    Il y a encore des enfants qui pardonnent à leurs parents d'avoir brisé leur mariage. Il y a encore des patrons qui pardonnent à leur ouvriers leurs paroles blessantes, il y a encore des victimes de vols qui pardonnent à leur malfaiteur. Des époux qui pardonnent sans cesse à leur épouse, tout comme des épouses qui font de même pour leur mari.

    Personne ne le proclame sur les toits. Personne ne les félicite, personne ne les approuvent, mais il ne se trompe pas. La récompense divine se trouve dans le coeur du pardonneur.

    Ils suivent les pas de Jésus. La mesure qu'ils utilisent pour les autres servira aussi pour eux.

    Louis Fecteau, prêtre

    Un flocon de neige

    Assis devant la télé, je regarde une de ces émissions déconcertantes illustrant les besoins et la désolation des familles victimes de guerres fraticides. Divers organismes internationaux font appel à notre générosité pour venir en aide à tous ces enfants victimes de la folie humaine.

    J'ai toujours la même réaction devant ces images désolantes : Comment ma petite part pourrait-elle soulager quelqu'un dans cet océan de misère et de souffrances. J'ai toujours été sceptique devant ces appels.

    Mais j'ai compris la portée de la solidarité grâce à un flocon de neige...

    Dis-moi, combien pèse un flocon de neige ?
    demanda un jour la mésange à la colombe.

    Rien d'autre qye rien, fut la réponse.

    Alors, la mésange raconta à la colombe :

    J'étais sur la branche d'un sapin quand il se mit à neiger, doucement, sans violence. Comme je n'avais rien de mieux à faire, je commençai à compter les flocons qui tombaient sur la branche où je me tenais il en tombe 3 751 952. Lorsque le 3 751 953ième tomba sur la branche, celle-ci cassa.

    Sur ce, la mésange s'envola.

    Peut-être ne manque-t-il qu'une personne pour que tout bascule et que le monde vive en paix.

    Bernanrd St-Onge

    Célébrer la vie

    Le débur de l'été , c'est un temps de réjouissances et de fête. L'été se pointe amenant avec elle les lonques journées, la chaleur et les festivités. De la Saint-Jean-Baptiste et de la fête du Canada , chacun et chacune selon ses convictions politique trouce l'occasion de festoyer de fraterniser avec la parenté et les amis(es).

    Fêter ainsi c'est dire la reconnaissance, pour des personnes ou des évènements et nous donner l'occasion de créer des liens nouveaux.

    Nous pouvons donc facilement imaginer la joie et la reconnaissance de toute la famille lorsque Jésus ressuscite la fille de Jaïre. C'est une nouvelle naissance pour elle et pour les siens.

    Le Seigneur redonne ainsi la vie physique en même temps que l'espérance à cette jeune fille et à plusieurs des siens. Malgré la recommandation de Jésus beaucoup de personnes ont certainement connu la nouvelle rapidemment et ont souhaité obtenir une transformation de leurs condition physique ou spirituelle.

    À chaque célébration euchariatique nous célébrons la vie du Christ en nous, le sacrement du pardon est une occasion de revivre, le baptême donne une vie nouvelle à la personne et à celles qui renouvellent leur propre engagement.

    La communauté chrétienne se veut porteuse de Vie, même dans les moments difficilles comme le passage à la vie en compagnie de Dieu. Les interrogations de chaque diocèse, paroisse et communauté, dans le cadre des réaménagements pastoraux, ne doivent pas altérer cette joie de l'essentielle qui est notre lien avec le Christ.

    Une dimension importante de notre vie chrétienne est de rayonner de l'amour par notre témoignage. La joie est un fruit de l'Esprit qu'il ne faut jamais négliger. Un dicton dit: qu'un saint triste est un triste saint.

    Le mois que commence est souvent celui des vacances. Nos pratiques pastoraux seront possiblement différentes. Ce sera à nous de découvrir comment être des pesonnes porteuses de joie intérieure.

    Le même Seigneur qui a ressuscité la fille de Jaïre, et plusieurs autrs, nous offre les mêmes possibillités de revivre spirituellement. C'est donc à nous de dire oui à ce renouveau.

    Il faut se souhaiter , le soleil intérieur et extérieur ainsi que de bonnes vacances à vous et à rous vos collaborateurs.

    Daniel Gauvreau, prêtre


    Encore des réflexions

      

     

     

     

     

     

     

    L'unité pastorale Le Paysan

     St-Cyprien de Napierville
     St-Patrice de Sherrington
     St-Édouard